Le trésor
 

Accueil Historique Abbé Julien Les bâtiments Le jardin Le trésor Photos Géographie Le pavage Archeologie Nouveautés Contact Forum Liens

 
                                                                                UN TRESOR MONETAIRE A L'ABBAYE DE VAUCLAIR (AISNE)
                                                                                       Du XVs au XVIIe siècle Jean Duplessy, et le Groupe « SOURCES »

Depuis 1966, à l'initiative du Comité départemental du Tourisme de l'Aisne, les ruines de l'ancienne abbaye cistercienne de Vauclair sont l'objet de fouilles méthodiques menées par le Groupe « Sources », sous la direction de la Circonscription Archéologique de Picardie1.

Au cours de la campagne de fouilles de 1973, un important trésor monétaire fut mis au jour. Faut-il rappeler, à ce sujet, que l'archéologie scientifique n'a strictement rien de commun avec la « chasse au trésor » qui sévit si souvent de nos jours ? Pour l'archéologue, un trésor monétaire constitue un document historique auquel il ne confère ni plus ni moins d'attention qu'à chaque élément du mobilier que ses recherches mettent au jour.

 ETUDE ARCHEOLOGIQUE

Le trésor monétaire de Vauclair fut découvert dans le secteur de l'hôtellerie monastique. Il s'agit d'un vaste complexe de constructions diverses, souvent remaniées au cours des siècles, et qui s'étend entre la Porterie et la façade ouest du bâtiment des Frères Convers. Le rôle traditionnel de ces hôtelleries est bien connu : elles servent à héberger pour un séjour généralement assez bref les hôtes de passage qui n'ont pas accès aux lieux réguliers, c'est-à-dire aux bâtiments monastiques où se déroulent la vie quotidienne des moines.

Les importants résultats des recherches menées par le Groupe « Sources » à l'emplacement de l'hôtellerie de Vauclair n'ont pas encore été publiés. En effet, une partie de ce secteur, qui était boisée et inaccessible à la fouille, empêchait jusqu'à présent d'achever ces travaux. Ils seront repris en 1980, après la coupe des arbres qui recouvrent cet emplacement2.

Pour mieux situer le lieu d'enfouissement du trésor monétaire, signalons simplement qu'un bâtiment central d'hôtellerie fut construit au début du XVIIe- siècle pour remplacer une construction du XIIIe siècle détruite par l'incendie de la Ligue, en 1590. C'est à quelques mètres du mur sud de cette nouvelle hôtellerie que furent enfouis les deux sacs de monnaies découverts en 1973.

Mise au jour du lot A

Au matin du vendredi 3 août 1973, en commençant le travail, un fouilleur rectifiait à la bêche la paroi ouest du carré U 18 (cf plan de la fouille). Deux

monnaies identiques s'échappèrent de cette paroi. Cette simultanéité intrigua et un sondage effectué au grattoir allait révéler peu à peu qu'un lot important de monnaies semblables se trouvait à cet endroit, dans la banquette de terre séparant le carré U 18 du carré T18.

Toutes ces monnaies, fortement collées ensemble sous le poids des remblais, se trouvaient sur les fondations assez irrégulières d'un ancien mur arasé. Une petite pierre plate avait été placée au-dessus du paquet de monnaies.

1 . Sur le plan administratif, les ruines de Vauclair se trouvent sur le territoire de Bouconville — Vauclair, canton de Craonne, département de l'Aisne — Sur la carte de l'I.G.N. (1/25 000e), Vauclair se trouve sur la feuille Craonne 1 et 2, coordonnées Lambert, zone nord, entre 702 et 703 d'une part, et d'autre part, entre 196 et 195.

2. Rappelons brièvement les principales publications sur les fouilles de Vauclair :

Claude Stas, « Un ensemble funéraire de la Tène III, dans le site de l'abbaye de Vauclair», Mémoire présenté à l'Université de Liège, en 1970. Une partie de ce mémoire a été publiée dans « La Revue du Nord», n°211, oct.-déc. 1971, pp. 579-618.

M. El. Litt, « Deux fours de potiers gallo-belges, à l'abbaye de Vauclair», « Revue du Nord», n°202, juillet-sept. 1969, pp. 413- 453.

R. Courtois, « La première église cistercienne de l'abbaye de Vauclair», «Archéologie Médiévale», II, 1972, pp. 103-125.

Anne-Véronique Sautai-Dossin, « La céramique de la fin du Moyen Age à Vauclair», Archéologie Médiévale, V, 1975.

Groupe « Sources », « Un four tuilier médiéval à l'abbaye de Vauclair», « Cahiers Archéologiques de Picardie », 1975, pp. 69- 76.
 

Sur les pièces qui se trouvaient à l'extérieur du lot, on a pu relever nettement des fragments de tissus. Il semble donc certain que ces pièces étaient contenues dans un sac.

Au point de vue stratigraphique (cfr coupe 1 - 1'), le lot de monnaies se trouve dans une couche de remblai différente de la couche de surface qui la surmonte. Cette dernière se présente comme une couche de sable un peu argileux, fort sombre, et encombré de menus fragments divers et de toutes époques. Il s'agit vraisemblablement de la couche de terre arable que l'on cultivait à Vauclair, à cet emplacement, avant la guerre de 1914-1918.

La couche suivante, où se trouvaient les monnaies, est faite d'un sable argileux moins sombre, légèrement plus jaunâtre. Ce lot de monnaies occupait un emplacement mesurant approximativement 32 cm de long et 20 cm de large. Il atteignait une hauteur variant, selon la poussée des remblais, entre 15 et 20 cm. Notons aussi que le niveau inférieur de ce lot de monnaies se trouvait à environ 50 cm du niveau du sol, au moment de la fouille, c'est-à-dire à une très faible profondeur.

Après un dégagement très lent et très minutieux, un premier comptage nous révélait que ce lot contenait environ 3 400 pièces en billon. La plupart d'entre elles étaient recouvertes d'une forte patine verdâtre et certaines portaient la contre marque à la fleur de lis qui fut ordonnée en 1640.

En dégageant très attentivement le niveau des fondations sur lequel reposait le lot des monnaies,

on découvrit encore une trentaine de pièces semblables dispersées — au même niveau — sur une aire de plus d'un mètre carré.

Une petite médaillette avec bout de chaînette fut découverte à côté du paquet de monnaies.

Ces 3 400 pièces de monnaies, qui constituent le lot A de l'étude archéologique, sont présentées comme le second lot de l'étude numismatique.

Mise au jour du lot B

En continuant à dégager attentivement le niveau des fondations qui avaient servi de base à la cache du lot A, nous devions découvrir deux ou trois pièces d'argent (quarts d'écu) semblables à une monnaie découverte antérieurement dans l'extrême angle N-0 du carré U 19.

Les recherches se poursuivirent en entamant la berme de terre qui séparait les carrés T 18 et T 19. Assez rapidement, un autre lot de monnaies apparut, au même niveau que le précédent, disposé de manière identique sur les fondations arasées, et se trouvant à cinquante centimètres du lot A. De la même manière aussi, des fragments de tissus se trouvaient sur certaines monnaies extérieures de ce lot.

D'une manière plus accusée que pour le lot A, le sac de ces pièces d'argent avait été placé sous une sorte de couverture faite en petits moellons plats. Ces moellons mesurent environ 20/30 cm x 15/20 cm x 2 cm d'épaisseur. Notons aussi que ce lot de monnaies était placé vers le milieu des fondations sur lesquels il reposait.

Cette seconde découverte fut faite au matin du jeudi 9 août 1973 et se composait de plus de 800 pièces en argent. Il s'agit du premier lot de l'étude numismatique.

Le mode d'enfouissement

II ne fait pas de doute que ces deux sacs situés dans le même contexte archéologique constituent un même ensemble monétaire enfoui en un seul temps.

Nos recherches de 1972 avaient clairement établi qu'après l'incendie de la Ligue en 1590, un nouveau bâtiment d'hôtellerie fut construit au début du XVIIe siècle, à la place d'une construction antérieure. Ce remaniement nécessita l'arasement complet des bâtiments antérieurs à l'incendie de 1590. Il est donc certain qu'à la moitié du XVIIe siècle — date de l'enfouissement, d'après l'étude numismatique — le mur, sur les fondations duquel reposaient les monnaies, n'existait plus. L'emplacement choisi pour l'enfouissement était dérobé à la vue des voies d'accès de l'abbaye par le nouveau bâtiment du XVIIe siècle, orienté E-O. C'est à quelques mètres du mur sud de cette construction que furent enfouis les deux sacs de monnaies. Tout le contexte archéologique semble indiquer un enfouissement hâtif : faible profondeur de la cachette, éparpillement de certaines pièces autour des deux sacs, cache assez sommaire.


Par ailleurs, l'enfouissement à cet emplacement — hors clôture — du quartier des hôtes indique manifestement qu'il ne s'agit pas d'une cache réalisée par les moines mais par un laïc réfugié dans l'hôtellerie. L'étude numismatique permettra de préciser avec précision la date de l'enfouissement et son insertion dans le contexte historique fort tourmenté de cette époque3.

 ETUDE NUMISMATIQUE

Le trésor de l'abbaye de Vauclair1 comprend 4 249 monnaies, divisées en deux lots : l'un de 829 pièces (828 d'argent et 1 de billon)2, l'autre de 3 420 pièces de billon3.

En voici la composition sommaire : Premier lot :

Henri III (1574-1589) : 1 teston, 18 francs, 8 demi- francs, 76 quarts d'écu, 1er type, 1 huitième d'écu, 1er type, 3 quarts d'écu, 2e type.

Charles X (1589-1590) : 25 quarts d'écu, 1er type.

Henri IV (1589-1610) : 6 demi-francs, 10 quarts d'écu, 1er type, 1 huitième d'écu, 1er type, 178 quarts d'écu, 2e type, 9 huitièmes d'écu, 2e type, 1 quart d'écu, 3e type, 14 quarts d'écu, 5e type, 1 huitième

d'écu, 5e type, 1 quart d'écu delphinal, 32 quarts d'écu de Béarn, 19 quarts d'écu de Navarre, 1 douzain du Dauphiné.

Louis XIII (1610-1643) : 14 demi-francs, 106 quarts d'écu, 1er type, 5 huitièmes d'écu, 1er type, 45 quarts d'écu, 2e type, 9 huitièmes d'écu, 2e type, 1 quart d'écu, 3e type, 26 quarts d'écu de Béarn, 1 huitième d'écu de Béarn, 15 quarts d'écu de Navarre, 2 demi- écus, 1er type, 1 écu, 2e type, 4 demi-écus, 2e type, 1 quart d'écu, 2e type, 1 douzième d'écu, 2e type.

Louis XIV (1643-1715) : 5 écus à la mèche courte, 3 demi-écus à la mèche courte, 1 quart d'écu à la mèche courte, 1 douzième d'écu à la mèche courte, 47 quarts d'écu de l'ancien système monétaire, 1er type, 4 huitièmes d'écu, 1er type, 37 quarts d'écu, 2e type, 2 huitièmes d'écu, 2e type, 1 quart d'écu de Béarn, 1 quart d'écu de Navarre.

DOMBES : Henri (1592-1608) : 1 demi-teston.

  Immédiatement après sa découverte, le trésor monétaire de Vauclair fut confié pour étude au Cabinet des Médailles, à Paris. Le Groupe « Sources » tient à exprimer sa très vive gratitude à M. Jean Duplessy qui mena à terme ce travail considérable avec une rare érudition. Les photographies — remarquables — des monnaies ont été réalisées par Madame Roulot, photographe au Cabinet des Médailles.

 

 


Pour toute question ou problème concernant ce site Web, envoyez un courrier électronique à [EmailVauclair].